À propos

Incorporée en 1987, l’Association des groupes d’éducation populaire autonome (AGÉPA) Centre-du-Québec est un regroupement d’organismes communautaires qui partagent des pratiques d’éducation populaire autonome.

Les groupes membres de l’AGÉPA proviennent des cinq MRC de la région Centre-du-Québec, soit : Arthabaska, Bécancour, Drummond, Érable et Nicolet/Yamaska.
L’AGÉPA agit comme analyste politique et lutte pour une transition écologique, les progrès de la démocratie, l’inclusion numérique et une société plus juste, solidaire et équitable. Elle organise aussi les activités du Collectif de lutte contre la pauvreté Centre-du-Québec.

Mission

Notre objectif premier est de travailler à la transformation sociale dans une perspective de justice sociale. Le moyen privilégié pour atteindre cet objectif est l’éducation populaire autonome.

Nos principaux dossiers

  • Lutte contre la pauvreté
  • Défense collective des droits
  • Démocratie
  • Justice écologique

Nos actions

L'AGÉPA tente de développer une concertation et une solidarité entre les organismes dans le but de développer différentes alternatives et solutions aux problématiques sociales existantes
  • Promouvoir l’éducation populaire autonome
  • Informer, soutenir et représenter nos membres
  • Développer et diffuser des outils d’information et de formation
  • Mener et appuyer certaines luttes sociales
  • Travailler en concertation avec les groupes communautaires, les syndicats, etc.
Historique
Créée en 1982, la Table régionale des groupes d’éducation populaire autonome Mauricie/Bois-Francs se restructure en 1987 pour former l’Association des groupes d’éducation populaire autonome (AGÉPA) région 04 Sud sur la rive sud, et le Regroupement des organismes d’éducation populaire autonome de la Mauricie (ROÉPAM) sur la rive nord.

Le territoire de l’AGÉPA, la région 04 Sud, devient en 1997 la région du Centre-du-Québec. Suite à ce changement, l’organisme modifie sa dénomination sociale en AGÉPA Centre-du-Québec.

La Table régionale, puis l’AGÉPA, sont nées de la volonté des organismes d’éducation populaire autonome de se doter d’une structure de concertation régionale pouvant les représenter devant diverses instances.